Egarements photographiques

Astrophotographie & Lightroom : avant le pré-traitement

by on Mar.10, 2009, under Trucs & Astuces



Ne vous est-il pas arrivé après une séance d’astrophotographie avec un APN (Canon EOS 350D, par exemple) d’avoir un lot de fichiers Raw comprenant les flats/plu, les darks, les bias (ou offset) et les images à proprement parler sans ordre particulier ? L’envoi dans le logiciel de pré-traitement (Iris, Prism, DeepSkyStacker) n’en est pas facilité : quel numéro d’images pour les dark, euh… pour les offsets : ce sont déjà lesquelles ???

Cet article se range dans la catégorie « Trucs & Astuces », voire plutôt une méthodologie, avec quelques fonctionnalités Adobe Lightroom pour simplifier la sélection et l’organisation des images Raw  issus d’un Réflex numérique, type Canon 40D / 350D.
Niveau : débutant

Je vous présente ici la méthode que j’utilise actuellement avec Lightroom (vous pouvez également utiliser un autre logiciel qui offre les mêmes fonctionnalités décrites ci-dessous) :

Organisation des fichiers

Rien de très sorcier, cette partie tient plus de l’organisation sur le disque dur que de l’utilisation de Lightroom. Cependant, c’est le logiciel que j’utilise pour descendre les photos de la carte vers le disque dur. La séance se déroulant avant et après minuit, je ne choisis pas le rangement en fonction de la date stockée dans les photos : Lightroom me les répartirait dans deux répertoires, ce que je ne veux pas. Je descends donc les fichiers dans un seul répertoire correspondant à la date de début de nuit (ex : AAAMMJJ)

Ensuite, après les étapes suivantes, souvent en fonction du logiciel de pré-traitement utilisé et du nombre d’objets photographiés dans la nuit, il conviendra éventuellement de créer des sous-répertoires par objet : un minimum pour que cela ne soit pas le désordre sur votre disque.

Sélection des images

Cette étape consiste au balayage des images brutes prises et à l’identification des meilleures. Sous Lightroom, il existe 3 moyens d’identifier les meilleures (de gauche à droite, en mode Loupe, dans le module Bibliothèque):

  • les indicateurs Rejeté / Retenu
  • les notes
  • les libellés couleur

Tous sont applicables, cependant, les notes peuvent permettre de mieux quantifier le niveau de qualité des images brutes.

Après identification , voilà ce que ça peut donner :

Changement du nom des fichiers

Les fichiers issus d’un Réflex numérique comme le Canon EOS 350D sont toujours du type IMG_xxxx.cr2 ou _MG_xxxxcr2 (personnellement, lors de la copie avec Lightroom, je les renomme en 350D_xxxx.cr2 ou 40D_xxxx.cr2 en fonction de l’APN utilisé). Cette dénommination n’est pas forcément pratique pour distinguer les différents types d’images : dark, flat, offset ou image. Les changer un par un peut s’avérer rébarbatif. Heureusement sous Lightroom, il existe une fonctionnalité de renommage par lots.

Dans la section Bibliothèque de Lightroom, il suffit de sélectionner les images désirées :

  • les images à traiter seront celles issues de l’étape précédente : pour les sélectionner, il faudra au préalable appliquer un filtre en rapport avec l’identification des images à prendre
  • les flats sont facilement reconnaissables
  • la distinction des darks et offset se fera sur le temps de pose : l’offset aura un temps de pose de 1/2000 sec ou 1/4000 sec, alors que celui des darks sera de plusieurs minutes

Ensuite, il faut cliquer sur l’icône, présenté ci-dessous, situé à coté de Nom de fichier généralement suivi de « < mixte > » car plusieurs fichiers sont sélectionnés.

.

La boîte de dialogue suivante s’ouvre : choississez « Nom personnalisé – Numéro de fichier d’origine » pour Dénomination du fichier et, pour le texte personnalisé, celui qui caractérise mieux l’image

Toutes ces opérations seront à fairepour chaque type d’images (images brutes, dark, flat et offset).

Intégration dans un logiciel de pré-traitement

Cette petite méthode montre tout son intérêt au moment de l’envoi des fichiers dans un logiciel de pré-traitement. Simplement à partir de l’explorateur de fichiers, les différents types d’images sont tout de suite reconnaissables et leur sélection puis drag-and-drop est un jeu d’enfants.

Ci-après un petit exemple avec DeepSkyStacker, qui, à partir d’un drag-and-drop de fichiers, demande leur nature afin de les intégrer au logiciel.

.

.

Voilà, voilà… Comme d’hab, je suis preneur de toute remarque, avis. Et, si je dis des bêtises, vous pouvez toujours me le dire via les commentaires ou via “contact”.

[ratings id= »195″ results= »true »]

:, , , , ,
Aucun commentaire pour l instant...

Laisser un commentaire

Looking for something?

Use the form below to search the site:

Still not finding what you're looking for? Drop a comment on a post or contact us so we can take care of it!